Quel est le mérite de jeûner les six jours de Chawwal ?

Imprimer

Plusieurs Hadiths évoquent le jeûne des six jours de Chawwal. 

Le Prophète, paix et salut sur lui, dit : « Quiconque jeûne le mois de Ramadan et lui succède six jours du mois de Chawwal s’affranchira de ses péchés comme le jour où il naquit du ventre de sa mère. »(1) 

Dans un autre Hadith, le Prophète dit : « Quiconque jeûne le mois de Ramadan, puis jeûne six jours du mois de Chawwal, égalera celui qui jeûne à perpétuité. »(2)

 Comment jeûner les six jours ? Séparément ou en continu ?

Le Hadith semble privilégier un jeûne des six jours tout de suite après le jour de L’Aïd (qui demeure, lui, un jour de fête où le jeûne est interdit). Les musulmans qui désirent recevoir la récompense de ces jours dans les délais les plus brefs sont conviés à commencer leur jeûne de Chawwal dès le deuxième jour après l’Aïd. 

De même que ceux qui désirent profiter de l’élan spirituel du mois de Ramadan et préfèrent mettre toutes les chances de leur côté. Car il est vrai que certains repoussent sans cesse le jeûne des six jours et se retrouvent à la fin du mois de Chawwal sans le réussir.

Cependant, il est également possible de jeûner les six jours en les répartissant sur le mois de Chawwal. Par exemple en jeûnant les lundis, les jeudis et les jours « blancs » (13, 14 et 15 du mois lunaire où la lune est entièrement visible).

 La dette de Ramadan pendant Chawwal ?

La question se pose surtout pour la femme. Sachant qu’elle a souvent une dette par rapport au jeûne du mois de Ramadan, il devient lourd d’accumuler pendant le mois de Chawwal la dette de Ramadan et les six jours. Surtout que certains avis juridiques interdisent de jeûner le surérogatoire, à savoir les six jours de Chawwal, avant de s’acquitter de la dette de l’obligatoire, à savoir les jours manqués du jeûne de Ramadan.

Sur cette question les avis juridiques divergent. Certains autorisent de faire le jeûne surérogatoire avant de s’acquitter de la dette du Ramadan car ce dernier n’est pas attaché à une date fixe. Notre Mère Aïcha, que Dieu l’agrée, reprenait sa dette de Ramadan lors du mois de Chaabane(3).

(1) Rapporté par at-Tabarâni selon Ibn ‘Omar
(2) Rapporté par Mouslim
(3) Rapporté par Mouslim et Ahmad.